Stardust de Neil Gaiman


« Il était une fois un jeune homme qui voulait conquérir l'Elue de son Coeur. »

(Première phrase)


L'auteur

Neil Gaiman est né en 1960 en Angleterre.

Après des études de journalisme, il s'est consacré aux Comics (BD) avec, notamment, la série Sandman avant de signer plusieurs livres en collaboration avec Terry Prachett ou Dave McKean.

Résumé officiel

D'un côté, il y a Wall, paisible village niché au sein d'une calme forêt anglaise. De l'autre, le Pays des Fées, univers d'enchantements, de sorcières, de licornes et de princes sanguinaires. Entre les deux, il y a le mur, l'infranchissable et épaisse muraille qui ceint le hameau et le sépare de Féerie. Infranchissable ? Pas tout à fait, puisque tous les neuf ans s'ouvre la Foire des Fées qui, durant un jour et une nuit, permet aux deux mondes de se rencontrer. Dans certaines circonstances, cependant, attendre si longtemps pour pénétrer en Féerie est impossible. Car quand on s'appelle Tristran Thorn et que l'on a promis à sa belle l'étoile filante tombée du firmament de l'autre côté du Mur, aucun obstacle ne saurait s'élever contre l'amour...

Le film

Stardust, le mystère de l'étoile est un film fantastique réalisé par Matthew Vaughn, sorti en 2007, avec Charlie Cox et Claire Danes.


L'histoire

Un conte de fées...

Mon avis

Ayant eu une assez mauvaise expérience avec Neil Gaiman (American gods ou De bons présages), j'ai abordé cette lecture avec une crainte. Beaucoup disent de cet auteur qu'il est extraordinaire, et, ayant eu la possibilité de les avoir sans débourser un sou, j'ai plusieurs de ses livres dans ma PAL. Or, pour que je lise avec certitude un livre de cette de fameuse PAL, il me faut le mettre dans un de mes challenges ! .

L'histoire démarre comme dans tous les contes de fées par le traditionnel il était une fois. Et, c'est bête, mais j'aime cette introduction. J'aime, d'ailleurs, les contes et leurs merveilles, leur petit côté désuet et tout ce qui arrive, de façon extraordinaire, d'un claquement de doigts de magicienne... Donc, une étoile qui tombe du ciel et prend vie, je ne pouvais qu'aimer.

Ce conte-ci se déroule, au départ, à Wall (le mur) et, comme son nom l'indique, un mur sépare le monde traditionnel d'un univers fantasque, féerique : la Faërie. Ce mur est gardé jour et nuit par les villageois. Non pas pour que les fées et autres bestioles passent dans notre monde, non ! Tout au contraire, les gardes empêchent quiconque de passer en Faërie. Sauf tous les neuf ans, lors du grand marché. Bien sûr, et, ce ne serait pas un conte, un homme va passer ce mur, et ce qui va lui arriver... va entraîner un chapelet d'événements, longtemps après. 17 ans, pour être précise. Le temps qu'un enfant grandisse. Presque le temps entre deux marchés !

Et à nouveau, cet enfant, devenu presque un homme va franchir ce mur. Sur un défi, tout d'abord : retrouver cette étoile filante que sa belle amie a vu tomber, et qui sera le gage de leur amour.

Comme vous l'avez deviné, nous sommes bel et bien dans un conte de fées. Et, comme dans ces autres romans, Gaiman use et abuse de références, qui, si elles m'ont un peu dérouté dans les autres livres, m'ont ici amusée et fait sourire. Les grands sujets des contes sont présents : quête d'un objet magique (l'étoile), frontière entre deux univers (le mur), les méchantes (sorcières cruelles et pas très intelligentes), les bottes de sept lieux remaniées... et les sept fils ! Sans oublier les thèmes de la jeunesse éternelle, de l'amour... presque impossible, de la vérité, et les sortilèges divers et variés. Bref, un véritable florilège !

Tout cela en 220 pages, ce qui vous donne un aperçu du rythme du livre. Pas un seul temps mort, alors que les héros prennent le temps de réfléchir, de se poser, d'imaginer leur vie, après, d'espérer...

L'auteur est le narrateur, et tourne autour de ses personnages, ce qui rend une narration très visuelle. Il relate les faits pour chaque personnage actif dans la quête (la recherche de l'étoile) sans reprendre les événements, ce qui donne une histoire dynamique.

Bien sûr, comme dans tous les contes, tout ne s'explique pas, et une sensation de facilité et de légèreté — liée aux nuages ? — restent en fin de lecture. On peut aussi reprocher une évidente prévisibilité de l'ensemble... mais, nous sommes dans le rêve, dans l'imaginaire pur et les leçons à retirer sont au-delà de ces facilités.

Surtout que l'auteur ne nous épargne rien, comme dans les contes anciens, les morts sont macabres, avec moult gouttes de sang et des vengeances véritables. L'humour les rend moins gore. Mais, après tout, les enfants, lorsqu'ils lisent les contes savent faire le partage entre bien et mal, entre réel et imaginaire, et ne conservent que la substance de l'histoire, le but premier. Ils n'analysent pas, comme nous, ils vivent.

Et je reprendrai pour finir avec cette présentation, une phrase que j'aime beaucoup au sujet des contes de fées : Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu'on peut tuer ces dragons. (G.K. Chesterton)

Bref, un livre qui me réconcilie avec cet auteur, que je relirai la prochaine fois avec moins de crainte.

Bilan en quelques mots

Les mots pour : style, humour, conte et merveilleux
Les mots contre : trop court ?

Au final 

Voilà un livre qui me réconcilie avec cet auteur, que j'avais apprécié très modérément dans American God ! Certes, l'histoire est ici très enfantine, et prévisible, mais j'ai accroché à cette écriture, cette narration en demi-teinte, bourrée d'humour. Un bon petit roman fantasy.

7 commentaires :

  1. c'est marrant mais moi qui ne suis pas trop fantasy j'aime bien ton histoire ! je ne connais pas non plus le film qui devrait plaire à ma marmaille ;) merci pour la découverte et contente que tu te sois réconciliées avec Gaiman !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu le film, il est surement accessible en vidéo, il me faudra le chercher ! Ce livre est trs sympa et je pense que les enfants doivent bien accrocher. C'est un vrai conte de fée comme je les aime, sans langue de bois !

      Biz

      Supprimer
  2. Une histoire un peu trop simple à mon goût mais un morceau de bonheur à lire et j'ai beaucoup aimé les nombreuses références même si certaines m'étaient inconnues.

    RépondreSupprimer
  3. j'avais bien aimé L'Etrange Vie de Nobody Owens mais j'avais un peu peur de me lancer dans la lecture d'un autre titre plus fantastique de cet auteur de peut d'être déçue. Celui là devrait le faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu une période où je voulais découvrir cet auteur et L'étrange vie de Nobody Owens a fait partie de ma Wish... pour disparaitre après les premières lectures ^^

      Mais, à présent, je pense que je lirai ce livre, un jour.

      Biz

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup apprécié L'étrange vie de Nobody Owens et L'océan du bout du chemin, les deux romans qui m'ont fait découvrir l'auteur. Je tenterai peut être celui ci aussi.

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)