La secte d'Abaddon de Cécilia Correia (série)


Chasser du vampire, c'est le job d'Aliette Renoir ! Enfin, elle sert surtout d’appât. Jusqu'au jour où... elle se retrouve confrontée à la secte d'Abaddon. 


Éditeur : J'ai lu

Nb de pages : 384

Série : Les aventures d'Aliette Renoir 
Traducteur : /.
***
Catégorie : humoristique fantastique

***
Partenariat : / 

Challenge : abc imaginaire 2017..



En arrivant à Paname, les Allemands s’étaient rendu compte qu’une menace plus dangereuse qu’eux sévissait déjà. Alors, en accord avec leurs autorités, ils laissèrent ma famille, les Renoir, continuer leurs petites affaires. Je vais vous dire : cela aurait été plus simple si j’avais dû zigouiller des rongeurs et encore… j’en avais horreur. Bon, je ne vais pas vous mentir plus longtemps, je déteste toutes les bestioles, qu’importe l’espèce animale. Sauf que la plus terrible de toutes, celle que je traquais chaque nuit demeurait mon pire cauchemar. Mais voilà, l’honneur de la famille restait ma priorité. Si bien que même si j’avais le trouillomètre à zéro, je devais quand même braver mes peurs en affrontant mon ennemi juré : le vampire.

Ce roman est le premier tome d'un diptyque;


Biographie


Cécilia Correia est née en 1980 à Toulouse.

Infirmière, illustratrice et auteure de romans dans la mouvance fantastique.

Son site semble fermé


L'histoire

  •  Une jeune femme, chasseuse de vampire, va découvrir que les méchants ne sont pas toujours ceux que l'on croit. 

Mon avis


J'ai fait l'acquisition de ce livre à sa sortie en poche, suite aux nombreux avis qui le disaient très drôle. Depuis il hantait ma bibliothèque. Grâce au Challenge imaginaire, j’ai pu enfin le sortir et le lire.

L’humour ne fait pas tout.


C'est indéniable, ce livre est amusant. Mais comme le signale le sous-titre, l'humour ne peut en aucun cas pardonner tous les défauts rencontrés au cours de la lecture. Et si une part des problèmes revient à la maison d'édition, avec un évident manque de relecture et de correction, malheureusement, la construction des phrases et les accords entre les verbes sont du fait de l'auteur. Ceci dit, une bonne correction aurait aussi solutionné ce problème.
J'avoue que cela m'a beaucoup gêné dans ma lecture. Au-delà de l’exemple que vous apercevez sur l’image jointe, avec un mot écrit deux fois dans la même phrase, reliquat d’une correction inabouti, j'ai tiqué des changements de temps dans une même phrase. Si oralement ces phrases ne sont pas fausses, à l’écrit, cela choque et frise l'incorrection. D'ailleurs, normalement, lorsqu’une phrase commence au passé, elle se poursuit au passé ! Je suis peut-être tatillon, j'en conviens. Néanmoins, ces constructions m'ont beaucoup dérangée.
À cela s'ajoute la narration à la première personne... et des discours bien trop modernes pour l'époque.

Une héroïne ambiguë. 


L'autre point qui m'a troublé, c'est l'anachronisme sur le personnage principal. Aussi froussarde qu'une poule fasse à un renard, elle fait montre d'un incroyable courage verbal et d'un caractère bien trempé. Vous avez bien lu. Du coup, et même si les répliques sont drôles, le personnage est bancal. À trop vouloir se moquer du genre, jusqu’à le parodier, l’auteure n'a pas su doser son effet et perd en crédibilité.
Dommage, car en forçant moins le trait, elle aurait gagné un personnage vraiment bien croqué. Comme toujours, ces commentaires sont mon ressenti et, contrairement à la réflexion sur la grammaire ci-dessus, subjectifs.

Un vampire classique ou presque. 


Quant aux vampires et autres démons, malgré une mythologie revisitée, ils restent assez classiques.
Ceci dit, toute la partie intrigue est à relever. Avec une réécriture de la création des vampires/démons et une affaire de succession, l'histoire surfe avec un polar fantastique. Je dois reconnaître que sans cette aventure, j'aurais abandonné cette pantomime. Mais l'humour allié à une pseudo enquête avec meurtre en enfilade m'a poussé à découvrir la fin du roman.


Et la romance ? 

L'ajout d'une composante érotique a sûrement donné quelques émois aux lectrices fan du genre. J'ai, personnellement, trouvé la scène « posée là » ou, si vous préférez, un peu prétexte du livre.
Sans compter les clichés redondants sur la plastique de l’héroïne  les torses musclés…

Au final

Les mots pour : humour, intrigue, mythologie

Les mots contre : style

(explication de la grille de notation)
Style : 3/5
Intrigue : 3.5/4
Personnages  : 2/4
Écriture : 1 Crédibilité : 1.5
P principal(aux) : 1.5/3
Narration : 1 Action : 1
P secondaires : 0.5/1
Description : 1 Violence/Tendresse : 1
Temps et espaces : 1.5/2
Sensation générale : 1.5/3
Rythme général : 1.5/2
Total : 13/20

En bref : ...

2 commentaires :

  1. Celui-ci ne m'a jamais vraiment tenté, n'ayant pas accroché avec d'autres du même genre réputés en plus pour leur humour … qui ne m'a même pas fait sourire.
    Ton avis conforte donc ma non-envie et mon porte-monnaie te remercie :D

    RépondreSupprimer
  2. Dommage ! J avais remarqué ce bouquin et j avoue que je me serai bien laissé tenter. Paname, ce sont mes racines et le cote retro de la couverture est alléchant. Bon.. mais comme tu dis, ca ne fait pas tout !

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)