Les collines d'eucalyptus de Thu Huong Duong


La vie au sein d'un bagne, dans un Vietnam perclus de traditions. Thu Huong Duong présente ce pays qu'elle a dû quitter dans ce long roman : Les collines d'eucalyptus.



Éditeur : Le livre de poche

Nb de pages : 888
Série : / 
Catégorie : Contemporain

Traducteur : /

Pourquoi ce livre ? 

Ce livre entre dans la sélection d'août
du Prix des lecteurs du livre de poche 


Derrière les barreaux de sa prison, Thanh contemple les derniers lambeaux de brume sur la paroi rocheuse qui lui tient désormais lieu d’horizon. Il a été condamné aux travaux forcés.
Parce que ce jeune homme sans histoire, excellent élève et fils modèle, a découvert très tôt son homosexualité et qu’il lui a paru insurmontable de l’avouer à ses parents, son destin a basculé. Comment il est tombé sous la coupe d’un mauvais garçon avec qui il a fui sa ville natale et comment il s’est retrouvé piégé, c’est le fatal et poignant engrenage que Duong Thu Huong met en scène.
Thanh est désespérément seul pour cette descente dans les cercles de son enfer intime. Il ne peut confier à personne les affres de sa relation avec son compagnon qui, en parfait manipulateur, joue de l’attirance physique qu’il exerce pour vivre à ses crochets. Honteux de sa faiblesse et de sa lâcheté, Thanh se garde bien de demander conseil à Tiên Lai, l’homme mûr en qui il a pourtant le sentiment d’avoir rencontré un alter ego.
À Dalat où ils végètent comme ramasseurs de balles sur des cours de tennis, Thanh n’a pas la force d'éconduire son mauvais génie. Il s'enfuit en vain à Saigon, croyant trouver refuge dans l'anonymat de la métropole.
Si l’issue de cette sombre liaison est bien fatale, Duong Thu Huong écrit pourtant un roman de la rédemption. Son jeune héros, dont les tribulations lui donnent la matière d'une vertigineuse plongée dans le Vietnam de la fin des années 80, ne finira pas au bagne.
Les Collines d'eucalyptus est une somptueuse variation sur le thème du retour de l’enfant prodigue, un roman éclairé par la compassion et l'intelligence humaine qu'un écrivain au sommet de son talent témoigne à ses personnages.




Duong Thu Huong est née en 1947 au Vietnam.

Avocate des droits de l’homme et des réformes démocratiques, elle n’a cessé de défendre vigoureusement, à travers ses livres, ses engagements, pour finir par être exclue du Parti en 1990 pour « indiscipline », avant d’être arrêtée et emprisonnée sans procès le 14 avril 1991. Duong Thu Huong vit désormais en France.




Ce livre narre la vie de Thanh jeune homosexuel condamné à 25 ans de bagne, mais aussi de nombreuses vies, présentant ainsi le Vietnam, ses coutumes...



La narration de ce roman est tout simplement superbe ! L'écriture est d'une rare finesse, les descriptions envoûtantes ou troublantes dans la prison, puisque l’auteure a choisi de montrer aussi les violences, triste réalité de ces bagnes où règne la loi du plus fort. 

Pourtant, ce style n'a pas réussi à faire, pour moi, de ce roman un chef-d'oeuvre. Trop de longueurs et de langueurs sont venues ralentir la lecture, et si j'aime les descriptions, ici elles m'ont paru parfois un peu trop nombreuses, noyant le texte. 


Pensées intimes


Comme les pensées de Thanh qui, si elles démontrent la remise en question de ce jeune homme en quête de son propre pardon, saturent le texte.

Sans oublier les longues digressions philosophiques qui m'ont fait, tout simplement, soupirer.


Enchâssements


Le roman se découpe en plusieurs chapitres, mais surtout en deux grandes parties s'opposant : 

  • La vie de Thanh avant, son enfance, ses parents, les coutumes... 
  • La vie au sein de la prison et celles des autres prévenus.
Ces deux parties s'alternent, au fil des pages. On rencontre donc de nombreux personnages. Certains sont héros d'un chapitre et l'on ne les revoit jamais. L'auteure utilise ces êtres pour aborder des sujets précis en rapport avec les relations amoureuses difficiles et nous donne une vision, pas toujours glorieuse, de son pays. 



Le Vietnam


Mais, ce roman a de belles qualités, ne serait-ce que celle de m'avoir fait découvrir un pays inconnu, avec ses traditions et ses mœurs. Depuis les champs d'ananas des vertes collines jusqu'aux sombres sous-bois de la prison, elle montre les us et coutumes, les rites. 

Elle prend le temps d'apporter moult détails sur des ingrédients typiques de son pays, sur le riz détenu par l'Etat et le marché noir qui s'est développé... sur la politique, et, aussi, sur la vie d'un homosexuel dans ce pays où les  préjugés perdurent.

Homosexualité


Thanh en découvrant son homosexualité va faire de mauvais choix et fuir plutôt que d'affronter ses parents et le poids de leurs regards. C'est dur, c'est violent par moments. Cela montre une autre société où les hommes ne sont pas libres d'aimer.

Toutefois, la relation de Thanh n'est pas enviable. Il subit cet amour plus qu'il ne le savoure. Comme nombre personnages de ce livre.


La fin est un tantinet mièvre, surtout après les scènes dures rencontrées, les amours fracassés...

Les mots pour : Ecriture somptueuse, descriptions riches, présentation du Vietnam.

Les mots contre : longueurs et langueurs, digressions.
Notation :
Style : 4/5
Intrigue : 3/4
Personnage principal : 2/3
Écriture : 2 Crédibilité : 1
Personnages secondaires : 1/1
Narration : 1 Action : 1
Temps et espaces : 1,5/2
Description : 1 Violence/Tendresse :1
Coup de coeur : /
Sensation générale : 1.5/3
Rythme général :  1/2
Total : 14/20

Un roman à l'écriture très fine abordant des sujets difficiles dans un pays empli de traditions. Les nombreuses digressions et les longueurs ne m'ont pas permis de trouver ce texte passionnant. 

3 commentaires :

  1. et oui les récits asiatiques sont souvent assez lents, contemplatifs. C'est ce que j'aime justement dans ces écrits que je lis uniquement à certaines périodes propices ;)

    RépondreSupprimer
  2. Merci un nouveau livre à lire donc

    RépondreSupprimer
  3. Tu as beau dire que ce texte est magnifique, le sujet ne m'inspire guère donc il y a peu de chance que je me lance dans ce livre. Et ce malgré ton bel avis.

    RépondreSupprimer

Merci de laisser des commentaires constructifs, afin que nous puissions échanger sur les lectures présentées.

Les commentaires anonymes ne seront pas publiés.

Bonne journée, merci de vos petits mots, Biz, nanet.

 

Les mots d'un autre

Les mots d'un autre
"Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus" [Luis-Borges]

Ma liste de blogs

Pour me contacter

Nom

E-mail *

Message *

Membres

Articles les plus lus (7 derniers jours)